News

Histoires du vide-grenier

avec Cecile Perra


 
L’Art a le pouvoir de donner possibilités infinies et couches dimensionnelles: quel est le “espace” de ton travail?

Je passe énormément de temps chez les antiquaires et dans les vide-greniers à la recherche de matières premières, vieux tissus, anciens portraits de famille, c’est là que commence le travail. C’est le plus souvent un bout de tissus ou un portrait qui me donne envie de donner vie à un personnage, d’inventer une identité.

Quand tu restes toute seule dans ton coin…

Depuis que je suis toute petite, j’ai un besoin quotidien de créer, de me mettre dans ma bulle de création et de m’inventer des histoires, une journée sans avoir créé quelque chose est pour moi une journée qui n’a pas tout son sens. J’aime être tous les jours dans mon atelier, j’y suis bien, j’y suis moi.

Histoires Cover

On dirait que quelqu’un est en train d’essayer à refuser l’enfant en lui, quel est la raison?

Mon travail est souvent chargé de nostalgie et suggère l’enfance. Certainement parce que je regrette de ne pas avoir eu une enfance aussi légère que celle à qui a droit tout enfant. Je pense que mon enfance a manqué de légèreté et de naïveté, mais ça c’est mon histoire.

Penses tu que regarder au passé, cache quelque chose de inquiétant?

Je pense que regarder vers le passé n’est pas inquiétant mais intéressant et instructif, et très évocateur.

Tes pensées sur le mot “Vintage”:

“Vintage” est un mot qui ne m’intéresse pas vraiment, il est utilisé partout, tout le temps et n’importe comment parce que c’est un mot à la mode.

0-350

La première fois tu t’es dit “Peut-être je suis folle. Ou peut-être je suis un artiste!”:

Je ne me souviens pas de la première fois où j’ai pensé que j’étais folle, mais je me souviens, que lorsque j’avais sept ou huit ans je pensais être différente des enfants qui étaient autour de moi, parce que j’avais beaucoup de plaisir à être seule pour créer dans ma chambre, et parfois je préférais cela plutôt que de jouer avec les autres. Je me souviens de ma mère qui me disait de sortir de ma chambre, d’aller dehors pour jouer, mais j’aimais trop ces moments de créations. J’ai aussi très vite constaté que mes dessins, peintures, sculptures étaient très différentes de ce que pouvaient faire les enfants qui étaient autour de moi — par exemple aux cours de sculpture en argile on nous demandait de faire une petite maison, mais moi je faisais des choses très spéciales, parfois plus graves, ils m’ont ensuite mise dans le cœur des adultes.

histoires-0

Un bon artiste est une personne solitaire, ou est-il toujours entouré par plein de gens?

Je ne me sens pas artiste, car j’ai l’impression de jouer à créer de la même manière que lorsque j’étais petite, rien a changé, je suis dans la même bulle, il y a juste 30 années qui sont passées, et surtout on peut voir des formes d’art partout, et dans tous les métiers. Quesqu’il fait que nous sommes un artiste exactement? Je ne sais pas.
Je ne sais pas ce que c’est qu’un bon artiste, tout ce que je sais, c’est que j’ai beaucoup besoin de m’isoler pour créer, et j’ai beaucoup besoin de voir du monde.

As-tu un méthode spéciale pour protéger ta sensibilité par les froids mécanismes de notre monde?

Je n’ai pas de “méthode” pour protéger ma sensibilité, elle me constitue et fonctionne avec le monde qui nous entoure. Par contre je ne vois jamais d’exposition, jamais de revue d’art, je n’ai aucune culture artistique.

Un rêveur est quelqu’un avec une bonne memoire ou simplement un têtu visionaire?

Moi je suis une rêveuse têtue qui n’a pas de mémoire.

Thanks

like-me

www.artperra.fr

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: